Un tas de cailloux...

Publié le par Your.mountains

Une montagne, qu'elle qu'elle soit, est un tas de cailloux.
C'est un fait.
Mais on pourrait aussi dire, pour ceux qui la gravissent, que c'est un tas de souffrance, ou encore un tas d'arrogance, un tas d'égoïsme, un tas d'imbéciles qui montent sur une bosse, un tas les boulles, un tas l'air con... un tas quoi!

Le week-end dernier, nous sommes partis faire le Monte Viso, en Italie. Et cette montagne là, encore plus que les autres, n'est qu'un gros amas de rocher.

Alors pourquoi monter là-haut?
Question lancinante, récurrente, que de nombreuses personnes me posent.

Peut-être parce qu'un tas est fait de toutes ces petites choses qui à la fin forment un sommet, peut-être parce que, en gravissant tous ces tas, on arrive à la fin à construire un édifice, un caractère, une amitié, une vie, solide, ancré à la terre par toutes ces pierres amassées... peut-être, pourquoi pas? 

Ou alors, ou en plus, parce que:

Le matin, seuls, après une nuit passée sous un drap d'étoiles au bivouac Berardo, et le monde semble nous appartenir...

Puis on s'approche de la face, le cou de François se tord à chercher l'issue, en haut, tout en haut, un peu plus près du ciel...

Nico et Pierro s'envolent au-dessus des nuages.

Nicolas, François, Pierro et Nico, le bivouac des lacs Forciolline est en rouge, en bas, tout en bas, le vide se creuse.

Le sommet du Viso, une croix pour nous rappeller que nous ne sommes que des hommes et la vue, superbe, sur le Mont-blanc et toute la chaine des Alpes.


La montagne est un tas de cailloux, certes, mais certaines personnes trouvent tout un tas de bonnes raisons pour y monter, et, comme me l'a encore montrer le w-e dernier, l'amitié en est une, et non des moindre.

Merci à Nico, François, Nicolas et Pierro pour avoir bien voulu gravir ce tas avec moi!    

Commenter cet article