Assis sur le rebord du Monde ...

Publié le par Your.mountains

DSC02795

 

Assise, la tête entre les jambes, je vomis,  j'en ai marre, je ne vois plus rien, je sais trop bien ce qui m'arrive. Assise sur le rebord du Monde, j'ai atteint mes limites, j'ai été cherché jusqu'au bout de moi même l'énergie pour me hisser vers le haut, sans trop savoir pourquoi, peut-être juste pour être là, au bord du bout de moi même ?

Assis sur la terrasse j'en suis à mon quatrième verre ... que font-ils ? Ils devraient déjà être là, que se passe-t-il là-haut ? Pourquoi ne suis-je pas avec eux ?

Assise sur mon lit je regarde dans le noir le vide qui se propage. Je suffoque, je blêmit, je n'arrive plus à respirer. Serais-je capable d'avancer demain ? Vais-je y arriver encore, à mettre ce pied devant l'autre, à porter ce sac qui me scie les épaules. Vais-je encore réussir à trouver assez de souffle pour simplement avancer ?

Assis dans la salle bondé, j'enfile mes chaussures sans trop y croire. Pourquoi n'ai-je pas marqué mes chaussons ? Pourquoi dans ce foutoir sans nom me suis-je fais avoir alors que je savais, alors que je pensais avoir tout bien rangé, alors même que je pensais maitriser l'univers dans lequel je me sent perdu à présent ?

Assis sur un morceau de granit dominant le refuge je contemple les glaciers comme un enfant. J'invente des histoires, des passages improbables, je me rempli d'aventures imaginaires. Je suis les arêtes, m'arrête sur un sommet, je m'imagine sur le rebord du Monde.

 

Assis dans ce train qui me ramène sur terre, mes yeux se ferment doucement. Je repense à cette semaine qui va bientôt se terminer, je revois mon ski qui tombe, Claire qui vomis, Annie qui suffoque, la fixation de Patrick qui s'arrache, les chaussons accrochés dans la salle de séchage, qui se ressemblent tous, le sourire de Pedro, celui de Sébastien. Je sens toutes ses mains qui se tendent, j'engrange ses étreintes, ses bonheurs simples, ses regards qui en disent plus longs que tous mes maux ... et je souris.

 

 

DSC02695

 

 

Assis sur le rebord du Monde, bien sûr que j'ai peur. Bien sûr qu'il serait plus facile de ne pas s'asseoir là, qu'il faudrait en redescendre, qu'il faudrait rejoindre la vallée ...

bien sûr ...

 

 

 

 

DSC02717

En montant à l'Alphubel. Claire a encore le sourire ...

 

 

 

 

DSC02719

En descendant de l'Alphubel, Annie sous les séracs.

 

 

 

 

 

DSC02741

Les séracs de l'Alphubeljoch.

 

 

 

 

 

DSC02755

...

 

 

 

 

DSC02813

...

 

 

 

 

DSC02824

Patrick se régale face au Cervin !

 

 

 

 

DSC02830

Claire et Pédro dans le passage qui permet de rejoindre le refuge du Mont Rose.

 

 

 

DSC02870

Sous les séracs de la pointe Dufour.

 

 

 

 

 

DSC02801

 

Merci à tous !

 

 

Commenter cet article

Hôtel Le Faucigny 11/05/2011 21:36



Merci pour cette petite balade !