La montagne : espace de liberté ?

Publié le par Paul Bonhomme

 

P1030061

 

Les montagnes portent sur elles un immobilisme d’apparat.

Leurs parures se déclinent pourtant à l’infini, selon les saisons, les lumières du jour ou celles de la nuit. Et nous errons parmi elles, en elles, nous égarant dans leurs alcôves, leurs courbes ou leurs lignes, tels des amants imprudents.

 

L’actualité à propos de la voie d’accès au Mont-Blanc a de nouveau mis en exergue la liberté comme valeur fondamentale, étroitement liée à la Montagne. Récemment, Eric Fournier maire de Chamonix l’exprimait ainsi : « Synonyme de liberté, la montagne doit absolument le rester, tant cette valeur est une partie de sa substance. »1.

 

Mais quelle est donc cette liberté dont on nous parle ?

Sommes-nous réellement plus libres là-haut ?

Pas si sûr …

 

La Montagne obéit à des lois qui lui sont propres. Comme l’évoque Théodore Monod : « La nature n’est ni morale ni immorale, elle est radieusement, glorieusement, amorale. »2. Ses lois ne seraient donc pas issues des mêmes fondements que les lois humaines. En réalité, dès lors que l’un de nos pieds foule les flancs d’une montagne, nous sommes contrains de nous soumettre aux règles que celle-ci nous impose. Dès lors que nous nous engageons en Montagne, nous nous devons de faire attention à ce que nous y faisons.

Nous ne pouvons donc y ressentir qu’une liberté relative, contrainte.

 

Ce que nous nous devons de préserver là haut n’est pas notre propre liberté3, mais la liberté, glorieuse, radieuse et absolue de la Montagne.

Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons ressentir la liberté dont on nous parle !

 

J’appelle Montagne libre celle qui est à elle seule sa fin et n’est pas la fin d’autrui 4.

 

A nous de ne pas confondre la liberté qui nous est donné de la parcourir et celle, plus discutable, que nous avons de nous l’approprier5… et peut être considérer la Montagne comme un voyage imprudent avec le ciel, un engagement. Une imprudence choisie, mesurée, délibérée … déniaisant la démence.

 

Paul Bonhomme, Cercier le 18 mai 2013

 

 

1 Le Dauphiné libéré, 08/05/2013 : http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2013/05/07/concilier-securite-et-espace-de-liberte

à voir également sur le même thème, l’interview de Xavier Chappaz : http://www.youtube.com/watch?v=zhDbXZuesC8&feature=player_embedded

2 « Les carnets de Théodore Monod » Cyrille Monod, éditions Le pré aux Clercs.

3 Qu’elle soit individuelle (ex : je peux aller et venir comme je l’entends) ou collective (ex : nous voulons monter mais pour y arriver, nous devons équiper la montagne). L’actualité à l’Everest nous a fourni un bel exemple de confrontation de ces deux types de liberté : http://www.kairn.com/fr/activites-montagne/88841/fait-divers-a-l-everest.html .

4 Citation originale : « Nous appelons homme libre celui qui est à lui-même sa fin et n'est pas la fin d'autrui. » Aristote.

5 cf pour ex : « Cervin Matterhorn : Top Model des Alpes » Yvan Hostettler, éditions Olizane.

 

Article à retrouver sur Kairn :

http://www.kairn.com/fr/activites-montagne/88956/la-montagne-espace-de-liberte.html

Commenter cet article