Le Mont-Blanc ... pleine lune !

Publié le par Your.mountains

DSC07521 2

 

Par où commencer?

Peut-être par cette proposition de Paulo de "faire" le Mont-Blanc en "progression douce", ou "progression consciente". C'est à dire dans un premier temps de se donner 4 jours pour essayer de monter là-haut, c'est à dire de se rendre compte, à chaque pas, que nous sommes ici, les pieds solidement ancrés à la terre, en train de progresser ensemble vers un projet commun.

 

DSC07517

Paulo Grobel... la tête dans les nuages.

 

Pour nous, guides, cela veut dire parler, expliquer, faire comprendre ce pour quoi nous vivons, ce pour quoi nous nous battons, les pieds solidement ancrés aux flancs de ces montagnes que nous aimons tant... et écouter !

Toute cette démarche nous a amené à vivre l'"extra-ordinaire".

Lorsque nous nous enfoncions doucement dans la nuit et dans le froid, ce samedi 26 juin vers 21h00, sur les pentes habituellement archi-fréquentées du dôme du goûter, nous étions à notre place, en route vers l'inconnu. Nous sommes partis sur le Mont-Blanc comme si c'était la première fois que des hommes montaient là-haut. Nous avons vécu des instants hors de l'ordinaire, d'une intensité incroyable. Imaginez, le Mont-Blanc sans personne, je veux dire, personne au sommet mais également personne dans tout le massif... personne.

Ressentir une telle solitude sur le Mont-Blanc est tout simplement improbable et pourtant c'est ce que nous avons ressenti, une solitude immense, totale, qui nous impose le respect le plus grand envers ce sommet et cette voie normale tellement stéréotypée, tellement décriée, tellement critiquée. Là-haut nous nous sommes rendu compte que ce ne sont pas les montagnes qui sont ou ne sont pas belles, mais c'est ce que nous en faisons qui compte le plus. Parce que même si les refuges étaient pleins, nous, nous étions seuls. Seuls à vivre cette progression en continue, faisant attention à chacun de nos pas, à chacun de nos gestes, parce que tout cela avait un sens, celui de vivre intensément et pleinement conscient une aventure qui n'appartenait à personne d'autre qu'à chacun de nous.

Et c'est ce que nous avons vécu...

... du coucher au lever de soleil sur cette montagne immensément belle.

 

Au delà de notre expérience, n'est-ce pas là que la vie prend tout son sens ? Vivre l'"extra-ordinaire" au quotidien !

 

Mais pour cela il faut s'en donner les moyens, prendre du temps à nos vies surchargées, et se poser tranquillement sur une pierre, au bord du chemin, pour voir ce que nous avons fait, ce qui nous reste à faire, et ce que nous sommes en train de vivre.

Cette attitude a un nom : aimer.

Alors aimons ! 

 

DSC07526

Au départ de l'arête de l'Aiguille du Goûter.

 

DSC07541

Nous nous enfonçons dans la nuit ...

 

DSC07542

Fred et Seb au sommet ... sous le regard de la lune !

 

DSC07543

Laurent, Xavier et Fred ... il est 3H18 du matin, cela fait 6H30 que nous marchons, nous sommes arrivés au sommet, les yeux explosés par le sommeil, Dom, Steph et Paulo ce sont arrêtés juste en-dessous !

 

DSC07544

L'arête de l'aiguille du Goûter au petit matin.

 

DSC07545

Le soleil se lève et nous ne sommes pas encore sous nos couettes.

 

DSC07511

Toute l'équipe, de gauche à droite : Steph, Paulo, Laurent, Xavier (caché), Fred, Seb et Dominique.

Merci à tous, particulièrement à Paulo Grobel pour cette invitation et à Sébastien pour l'organisation ainsi que pour cette idée fabuleuse.

 

Précisions : nous ne renouvellerons certainement pas cette expérience, fantastique certes mais exceptionnellement difficile en raison de tout un tas de facteurs (notamment le facteur physiologique peu habitué à un effort continu du soir au matin !) Nous sommes bien conscient que cette idée peu paraître saugrenue et tant mieux, cependant notre expérience de guides de Haute Montagne, la manière dont nous avons abordé cette ascension (la "progression en conscience"), ainsi que la préparation particulière que nous y avons accordé nous ont permis de réaliser un projet dont nous même ne maitrisions pas tous les paramètres.

DSC07540

Il faudrait toujours s'attacher à être en montagne et non à la consommer.

Paul Bonhomme

 

Commenter cet article

xavier 29/06/2010 11:03



Magnifique compte-rendu pour une magnifique aventure, merci Paul, merci Paulo.


Xav



Sebastien 29/06/2010 07:47



Merci Paul pour cette aventure fantastique et cet excellent compte-rendu !



Nicolas 28/06/2010 18:58



Salut Paul, ... et Paulo par la même


Trop bon cette idée avec Paulo, l'apôtre de la progression douce... ce qui donne le temps de faire des photos encore plus sympas je vois.


A bientôt, Nico