Le Piémont ... et une certaine idée du Bonheur.

Publié le par Your.mountains

Récemment j'ai entendu une émission de radio qui traitait du bonheur. D'éminents sociologues expliquaient qu'une des problématiques majeures de la société actuelle était cette idée qu'une vie, pour être réussie, devait être une vie heureuse.

En gros il se distillait dans la société l'idée d'une "obligation au bonheur" qui pousserait les gens à des attitudes inadaptées (sur-consommation entre autre ...). Les récents sondages comparatifs de "niveau de bonheur par pays" venaient corroborer leurs propos ...

Alors que je viens de passer une nouvelle semaine formidable dans les Hautes vallées Piémontaises, je me pose de nouveau la question de savoir ce que je cherche là-haut. Parce qu'en réalité mon métier n'est lié qu'à cela : essayé modestement de donner du bonheur aux personnes qui m'accompagnent.

Et lorsque je vois ce qu'on trouve là-haut, il ne subsiste aucun doute : il s'agit bien de bonheur !

Mais il s'agit d'un bonheur particulier, un bonheur simple, presqu'inconscient.

Je pense qu'avant de demander à quelqu'un si il est heureux, il faudrait peut-être lui demander ce que c'est pour lui le bonheur, il faudrait même peut-être le lui expliquer.

Le bonheur, ne peut être anticipé ni planifié, au risque d'être déçu. Le bonheur est quelque chose qui s'attrape, et qui se relâche, c'est une idée, une envie, une curiosité. Le bonheur n'est jamais acquis, il passe, comme nous passons là-haut. Il laisse juste quelques traces dans la neige, éphémères.

Le bonheur n'arrive qu'en prenant le risque de le perdre, comme l'amour ... et la vie.

Prenons donc ce risque, à chaque instant, attrapons les sourires, illuminons les regards, profitons de ces moments magiques qui s'envolent si rapidement.

Vivons, mais vivons vraiment ... au risque de nous perdre en rêvant d'un bonheur qui n'arrivera jamais !

 

 

DSC01794 

Vue sur la plaine du Pô depuis le Passo di Vanclave, le premier jour.

 

DSC01814

En montant au colle del Ciarbonet.

 

DSC01816

Mélèzes givrés.

 

DSC01849

Gabi ...

 

DSC01881

En descendant du colle di Bellino, le troisième jour, nous découvrons une vallée vierge de toutes traces ... Bonheur, Liberté, et une boule au fond du ventre.

 

DSC01878

La simplicité d'une trace.

 

DSC01888

Christine ...

 

DSC01893

Seuls et heureux.

 

DSC01895

Un passage plus délicat vers le bas ... mais dieu que c'est beau !

 

DSC01921

Gérard descend de la punta de la Battagliola, le quatrième jour.

 

DSC01927

Et Pascal aussi.

 

DSC01952

Charlène ...

 

DSC01971

Gérard'jump !

 

DSC01978

Eric'jump !

 

DSC02047

Mais comme toute bonne chose a une fin, le dernier jour nous verra passer le col Agnel dans le brouillard et la tempête! (sic)

 

 

Merci à Charlène, Annick, Christine, Gérard, Gabriel, Eric et Pascal pour cette idée d'un bonheur partagé !

 

 

Commenter cet article

doune 13/03/2011 20:35



C'est officiel, je me desabonne du flux RSS de ce blog... j'en pleure à chaque article !



Charlène 13/03/2011 17:34



Et bien, on dirait que tu as trouvé un peu de temps entre 2 machines ! ;-) Merci pour ce bel article et ces chouettes photos !


J'ai encore la tête dans les nuages ou plutôt dans les montagnes et la poudreuse et j'ai bien du mal à redescendre...


Bonnes semaines en Autriche.


A bientôt,


Charlène